Homme, où est ta sensibilité?


Commençons l’année par une histoire tragique qui s’est déroulée le lendemain de Noël à Vienne (Autriche). Lis bien ce qui suit:

Vers 2 heures le 26 Décembre dans un ascenseur d’une station (Volkstheater) de métro souterrain s’écroule un homme et perd ses moyens. Son cœur a arrêté de fonctionner. Il restera dans cette position pendant 5 heures de temps…  Jusque-là, plusieurs passants ayant emprunté l’ascenseur ou remarqué de loin l’ont évité. Pour une raison ou pour une autre. Une caméra de surveillance installée dans l’ascenseur se braquera sur le corps gisant et filmant la froideur humaine. On se demande s’il n’y avait personne derrière cette caméra. A ces heures tardives, probablement non. Un agent de transport censé faire un contrôle de routine dans toute la station, ne le fera pas. C’est Noël, il n’y a rien à craindre. Et pourtant, un homme meurt. C’est seulement vers 7 heures qu’un employé du nettoyage aura compassion et composera le 112. L’homme âgé de 58 ans, identifié comme un SDF, mourra à l’hôpital d’un infarctus supposera le médecin-urgentiste.

C’est vrai, des gens meurent tous les jours. Mais une situation pareille où des hommes traversent sur le corps d’un autre et l’ignorent ne peut laisser indifférent. On argumentera: ils étaient sûrement pas nombreux, ceux qui l’ont ignoré, surtout à ces heures indues. Et puis, c’était un SDF dont on pensait qu’il soûlait tranquillement vu la période… Eh bien, dans une métropole comme Vienne, ils devaient être nombreux, ceux qui l’ont vu. Et probablement des chrétiens parmi. C’est vrai que c’était un SDF et qu’il ne saignait pas terriblement comme l’homme que le samaritain secoure (voir la parabole de Jésus étrangement similaire à ce fait). Mais être sensible, aimer son prochain peu importe qui il est ou ce qu’il fait, implique de s’approcher de lui, lui parler, lui accorder de l’attention… Comme le samaritain, c’était un employé de nettoyage, peut-être pas aussi instruit que ceux qui sont passés avant lui, qui a eu le réflexe qui sauve. Seulement, il était trop tard.

Si tu me lis jusqu’ici, s’il te plaît prend conscience. Aime ton prochain. Ne sois pas si froid tel que cette société-ci l’est aujourd’hui. Ne te donne pas d’arguments, aime seulement. Sois attentif de ce qui se passe autour de toi, quand tu es pressé ou quand tu ne l’es pas. Ne dis pas: « un autre s’en chargera à ma place ». Non, tu es la solution pour celui qui souffre à côté de toi. Précisément toi. C’est le même message depuis des siècles, mais il est toujours aussi d’appoint: aime ton prochain comme toi-même!

N.B: La police de Vienne étudie la possibilité de porter plainte contre les passants identifiables par la caméra pour non-assistance à une personne en danger. Les concernés risquent de payer une somme d’argent ou au max de faire 6 mois de prison… Et 2 employés de la firme de transport, dont celui qui a manqué de faire sa ronde, ont déjà été limogés. Quand on vous dit…

Obdachloser – media.kunst-fuer-alle.de

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s