[Remix] Y a-t-il (eu) un homme de Dieu au Cameroun?


Après ma dernière publication sur le même thème dans laquelle j’ai mentionné le frère Zach, j’ai été interpellé à rechercher un peu plus sur le personnage. Surtout que j’avais la possibilité de rencontrer des enfants de Dieu ayant servi au Cameroun au milieu des années 70, ayant connu les débuts du frère Zach au pays et ayant un avis plutôt autre sur le ministère de ce dernier. Il est par la suite devenu important pour moi de me rendre compte que l’histoire de l’Évangile au Cameroun est floue surtout pendant les années qui suivirent l’indépendance et que l’appréciation d’un personnage est complète lorsqu’on a une vue pas uniquement sur le côté face mais aussi sur le côté pile.

Mes interviewés qui est un couple de pasteurs consacrés compilant plusieurs décennies de croyance évangélique me racontèrent à tour de rôle leur premier contact avec le frère Zach. Ce qu’ils reprochent en substance au frère, c’est d’avoir abandonner le Corps de Christ au Cameroun au profit de ses objectifs personnels.

Le décor

Le contexte historique est le suivant: les églises/dénominations protestantes sont regroupés sous la FEMEC (Fédération des Eglises et Missions Évangéliques du Cameroun) qui réunit des millions de chrétiens et est le contact du Corps de Christ camerounais pour l’Etat du Cameroun. Cette fédération a un organe d’évangélisation nommé le Centre National d’Évangélisation (CNE créé en 1972) duquel le frère Zach était le vice-président, à l’époque (fin des années 70) déjà enseignant de chimie organique à l’Université de Yaoundé. Autant dire que le frère Zach avait là une possibilité énorme d’impacter le Cameroun par la propagation de l’Évangile. Il était d’ores et déjà connu comme quelqu’un de zélé, organisant très souvent des croisades et ayant une onction particulière dans ses prédications qui faisaient l’unanimité.

Le premier contact et le tournant

Il est organisé à Bamenda en 1979 une grande croisade d’évangelisation avec plus de 5000 participants. La maman interviewée qui a vécu la croisade de l’intérieur confirme que Dieu s’y est manifesté par des miracles et prodiges. Ce qui fit de la croisade un succès total. La suite sera moins joyeuse lorsque le frère Zach acceptera de se faire baptiser par immersion sous pression des églises pentecôtistes, lui reprochant de ne pas être conforme à la Parole. C’est ainsi que la divergence frayera son chemin dès le sommet jusqu’à la base, parce que le frère Zach demandera même aux étudiants – sur qui il a une grande influence – de se faire baptiser délibérément, même seulement en équipe de deux. Je ne vous laisse pas imaginer le tollé que cela a pu créer… À la fin, le frère Zach quittera la FEMEC et essayera de faire équipe avec la Mission du Plein Évangile. Tentative qui s’avérera infructueuse au point où le gouvernement se tournera contre lui, et lui se fera donc congédier par la Mission du Plein Évangile. C’est ainsi qu’il obtiendra néanmoins une autorisation gouvernementale pour lancer son propre ministère qui sera d’abord un mouvement d’églises de maison.

La déception

Selon le couple interrogé, le frère Zach serait passé à côté de l’appel de Dieu sur sa vie pour avoir tourné le dos au Corps de Christ. La faute à la porte ouverte aux doctrines et dogmes qui divisent. Plusieurs autres anecdotes confirmeraient ce retour de veste et les prémices d’un esprit sectaire. L’une de ces anecdotes serait que l’un des camarades de Zacharias en provenance de l’Ouganda et aussi titulaire d’un doctorat aurait fait le déplacement jusqu’au Cameroun pour voir le frère et tenter de le ramener à la raison. Le frère Zach ne lui aurait même pas accordé la grâce d’une conversation. Un autre essai du genre serait de la part de quatre pasteurs suisses, tout aussi voué à l’échec. Plusieurs chrétiens aujourd’hui regrettent l’attitude des frères de la CMCI – ministère de Mr. Fomum- qui ne sont jamais prêts à s’unir aux croyants d’autres dénominations. Sont-ce seulement des actes isolés ou bien une volonté définie par le fondateur? Un autre grief serait le paternalisme pur et dur du frère Zach et ses ministres qui avaient droit de regard sur la gestion des finances de leurs ouailles, sans omettre le fait que toute action devait se faire au nom et avec la bénédiction du fondateur.

Autant d’éléments, s’ils sont vraies, qui nous (moi en tout cas) feraient voir le côté humain, non-angélique de l’homme de Dieu. On se rapproche là d’une description biblique où on dépeint un homme de Dieu avec ses accomplissements (voir la vidéo dans le dernier article) sans oublier ses tares et manquements. Comme pour Abraham, David, Pierre, Paul e cetera…

Shakaz

Pour revenir à la thématique de départ, j’interrogeais mes interlocuteurs pour savoir s’ils étaient de l’avis qu’il y ait un homme de Dieu au Cameroun de l’envergure d’un Mamadou Karambiri. Question à laquelle ils répondirent par la négative sans sourciller mais aussi sans regrets. L’argument étant que Dieu se sert au Cameroun de mouvements et groupes pour sauver des âmes. On citera la Ligue pour la lecture de la Bible, le GBEEC (Groupe Biblique des Élèves et Étudiants du Cameroun), Campus pour Christ, Vie nouvelle en Jésus-Christ ou bien Jeunesse en Mission. Pourquoi pas? Seulement, ils n’oublièrent pas de préciser qu’un pasteur pas encore médiatisé est en train de faire un excellent travail de fond avec la création des écoles bibliques des banlieues jusqu’au palais présidentiel. Le seul bémol étant que le Pasteur Hal Rahman est de nationalité libérienne… Pour plus d’infos sur le Pasteur, cliquer ICI.

Considérant personnellement que le tour de la question a été faite, même si l’histoire floue et méconnue de l’Évangile au Cameroun me laisse assoiffé, j’arrive à me demander si Dieu a vraiment besoin d’un homme, un seul, en tête de file pour faire de grandes choses dans un pays. Ou bien est-ce par convoitise d’autres nations que nous Camerounais voulons absolument avoir un grand nom qui fera notre fierté? Souvenons-nous du peuple d’Israël qui demande avec insistance que Dieu leur accorde un roi, alors que ceci ne fait pas partie de Sa volonté, Son plan pour son peuple…

Publicités

2 réflexions sur “[Remix] Y a-t-il (eu) un homme de Dieu au Cameroun?

  1. Moise dit :

    Probleme tres complexe au cameroun. tres belle approche sheliel. mais cependant une justifaction rapide de notre situation serait selon moi une consolation aussi longtemps que nous ne recevons pas une confirmation de la part de YAHWE. les GBU, (au cameroun GBEEC ), tout comme la ligue et jeunesse en Mission sont aussi présent dans d autres pays africains. et font relativement le même boulot. pourquoi au cameroun tout est different ? ne sommes nous pas responsable de notre situation ?

    • Sheliel dit :

      Salut Moise, tu poses la question de savoir pourquoi tout est différent au Cameroun. Pourquoi ça ne devrait pas l’être? Il y a beaucoup de pays dans le monde qui sont dans la même situation. En fait, est-ce que avoir un homme de Dieu fort est synonyme de bonne santé spirituelle? Quand on regarde un peu le Nigéria, on a tendance à répondre non… Je te rejoins cependant sur le fait que nous sommes responsables de notre situation. A la fin de l’article dernier, je disais que toi et moi pouvons nous faire le choix et le sacrifice d’être un homme fort pour Dieu. Qui dans notre génération acceptera ce rôle?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s