Donnons à manger à Jésus!


Bien-aimé(e), je voudrais continuer comme promis à discuter sur l’appel de Dieu sur notre vie en tant qu’enfant de Dieu. Notre identité de Prince ne nous rappelle pas seulement que nous sommes privilégiés (encore faudrait-il que nous en ayons la conscience) mais aussi que nous avons des devoirs, ou – exprimé avec plus d’élégance – des prérogatives qui siéent à notre rang. As-tu déjà réfléchi aux reproches que Jésus fera à Son Église quand tout Son peuple acquis au prix du sang sera rassemblé devant Lui? As-tu déjà pensé aux reproches qu’Il te fera quand tu seras face à Lui? Je ne voudrais pas être lourd en insistant sur cette épée de Damoclès qui pèse sur notre tête mais plutôt nous rappeler que toutes les reproches que le Christ nous fera sont déjà inscrites dans la Parole de Dieu. Le chapitre 25 de Matthieu y est entièrement consacré.

Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire [….] j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu. Matthieu 25: 42-43
Aussi bizarre que cela puisse paraître, Jésus n’est pas content que nous ne Lui avons pas donné à manger. Comment aurions nous pu le faire puisque Jésus est  bien au milieu de nous mais invisible? Et Il a d’ailleurs promis de ne prendre avec nous de la nourriture solide ou du moins du vin qu’une fois rassemblés au ciel (Mt 26:29)… Mais comme vous le savez, Jésus a pris le soin dans la suite du chapitre d’expliquer Sa pensée, où est-ce qu’Il voulait en venir. Et je suis certain que dans vos différentes études bibliques et méditations, vous avez pu creusé pour comprendre le Maître. Mon objectif est d’être le plus concret possible et nous interpeller dans cette simple reproche que nous fait Jésus.

Actuellement dans nos pays d’origine ou les pays frères de continent, des milliers d’enfants meurent de faim, de malnutrition, n’ont pas de quoi se vêtir et autre… Je nous épargne les chiffres. Pendant ce temps, nous autres (qui ne sommes autre que les grand-frères de ces petits) sommes à l’abri du besoin dans cette société de consommation. Nos propres enfants ont ce dont ils ont besoin, du moins matériellement, et parfois dans l’abondance voire même l’excès. Et vu que cette société ne connaît plus les carences les plus élementaires, nous n’y sommes pas confrontés et oublions rapidement d’où est-ce que nous venons… Bien sûr, nous confessons la grâce de Dieu pour tous les bienfaits mais notre reconnaissance n’est pas complète car nous ne faisons pas du bien aux nécessiteux tel que Jésus en a fait pour nous!

Sauver une vie, toute une destinée à quelques €uros!

Dieu a souvent eu à S’employer pour rappeler à David d’où est-ce qu’il venait, d’où est-ce que Dieu l’a tiré avant de le placer dans une position si confortable (2 Sam. 7:8) Se souvenir de ses origines nous rappellent que rien n’est un acquis et que nous devons venir en aide aux petits et innnocents qui vivent ces situations que nous avons connu ou du moins que nous pouvons comprendre. (Question: peut-on réellement comprendre quelque chose sans l’avoir connu ou exprérimenter?)

Si nous, Chrétiens, sommes moins enclin à parrainer un enfant, à venir en aide à un nécessiteux, les mondains et pour la plupart les européens (pour faire la distinction d’avec les africains qui ont les moyens) ne s’en privent pas. Ils s’enorgueillissent même. Et nous arrivons à trouver ca normal !? Justement par le fait de notre inactivité ou passivité. Par là, nous pourrons comprendre pourquoi certains sont fermés à l’Évangile parce qu’ils s’accrochent á leurs bonnes oeuvres comme donner à manger à un enfant en Éthiopie ou soutenir des oeuvres caritatives. Même si ce n’est pas de notre faute que les gens s’endurcissent de la sorte, pouvons-nous au moins nous reclamer de ce type d’actions qui nous reviennent a priori? Malheureusement non. Ô combien le Maître mécontent sera-t-il! Le plus intéressant dans toute l’histoire c’est que donner à manger à un enfant n’est vraiment pas difficile. En Europe, difficile d’en trouver, des enfants qui meurent de faim. Mais ailleurs, il y en a et Jésus nous y attend! Beaucoup d’oeuvres humanitaires et chrétiennes facilitent la tâche quand il faut aider un enfant qui est à des milliers de kilomètres de nous. Et avec la puissance monétaire de l’Euro, quelques cents apportent déjà énormement de la vie dans une existence qui semblait ne plus avoir d’avenir. Peux-tu t’imaginer qu’avec 10 Euros, tu puisses donner à manger, à boire, des vêtements et de l’instruction  à un enfant pendant un mois? Si tu y regardes bien, c’est une merveille. Penses-y. Je ne voudrais non plus surestimer tes capacités financières, mais tu es d’accord avec moi que cela rélève en fait du domaine de la bonne volonté…et/ou d’un coeur fait de chair. Mais pourquoi donc hésiter à parrainer un enfant aujourd’hui? Pourquoi regarder cela comme étant la tâche des autres? Et si c’était cela ton ministère, si tu n’as pas trouver ta place dans les standards comme la prédication, la louange et autre?

Voici mon Top 3 d’organisations chrétiennes dans le domaine si tu es interessé(e) (cliquer dessus pour visiter le site):

Pour les deux premiers, je peux te certifier que c’est du sérieux pour être entrer personnellement en contact avec eux. Et pour la première organisation, j’ai même trois vidéos (que j’ai moi-même filmé) à te soumettre si tu as encore du temps:

1- La première est un concert que la chorale d’enfants de Vision für Afrika a fait dans ma communauté á Freiburg. Impressionant, surtout que tous ces enfants étaient au départ des enfants de la rue, batârds, orphelins, laissés pour compte ou abandonnés de leurs parents. Et des gens comme toi et moi ont choisi de les aider financièrement (et à distance) et voilà qu’ils témoignent plein de joie leur reconnaissance et la grâce de Dieu sur leur vie. La vidéo est une playlist et dure assez longtemps, ce serait une bonne idée de la visionner avec tes enfants (si tu en as dans le même âge que ceux de la chorale ^^)

The Vision Choir Performance

2- La deuxième (en anglais) est une interview d’un des aînés de la troupe. Il a un message pour toi à ma demande. Pour la petite histoire, il est le fils adoptif de la fondatrice de « Vision für Afrika ». Pour ceux qui savent combien c’est difficile, administrativement parlant dans des pays comme l’Allemagne ou l’Autriche, d’adopter un enfant (qui plus est africain) ils savent de quoi je parle.

3- La dernière vidéo est une interview de la fondatrice elle-même, avec son joli accent autrichien… Très bon message d’une petite dame au grand coeur qui a donné sa vie pour l’Ouganda.

Comme d’habitude, vos feedbacks me sont précieux (vous n’êtes plus obligés d’entrer l’adresse mail et tout). N’hésitez pas à faire tourner l’article si ca vous dit. Et n’oubliez pas de prendre une décision telle que Jésus ton Sauveur en serait fier. De toute facon, on ne peut que décider: soit faire, soit rien faire. Mais l’invitation est là devant toi de faire partie de ceux-là qui changent les vies et les destinées…

Blessings!

N.B: je voudrais en profiter pour louer les efforts que la famille Pokem a déployés pour mettre sur pied au sein de l’organisation CNA e.V une oeuvre de la sorte pour parrainer des enfants au Cameroun. Mais puisque la fiabilité n’y est pas un maître-mot, tu peux imaginer comme ca fonctionne. Puisse le Seigneur bénir cette famille et lui donner d’accomplir un jour ce rêve.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s