PIUS NJAWE: mon regard sur l’homme


Depuis Lundi dernier, le Cameroun pleure un combattant pour la liberté en la personne de Pius Njawe. Sur différents sites étrangers comme camerounais, on peut avoir une idée de son étonnant parcours et comment est-ce qu’il a souffert (lui et sa famille) du régime du président camerounais actuel. L’article que je reconduis ci-bas est un interview où on en apprend un peu plus sur cet illustre personnage qui a impacté le journalisme camerounais et africain.

A 22 ans déjà, il créait le Messager à la fin des années 70. Je n’étais même pas encore venu au monde, mais me souviens bien des pages satiriques (le Popoli) du Messager qui me donnait à chaque lecture le goût du journalisme et de la presse écrite et imagée. A côté du journal étatique Cameroun Tribune, je voyais dans le Messager (pionnier de la presse privée dans le pays) un brin de vérité, de la constestation téméraire contre les rouages gouvernementaux, une recherche de la libre expression ou de la connaissance des faits réels qui échappaient encore au peuple. Dans les médias de l’Etat comme la radio nationale, le nom de Mr Njawe était à mes oreilles constamment associé à celui d’un opportuniste, ou plus loin d’un citoyen récalcitrant qui ne veut en rien le bien de la nation et qui diffame sans respect l’autorité démocratiquement instaurée. Une image bien salie qui jetait sans faute le trouble dans mon esprit, la conséquence fut qu’à un moment, au beau milieu de cette guerre de papier et de mots soutenue par des coups bas sur lesquels nous n’aurons jamais toute la lumière, je perdis le goût de la politique et de la lecture de la presse. Je n’en savais qu’un minimum sur Pius Njawe dont le nom ne manquait évidemment de revenir sur les lèvres et dans l’actualité du pays.

Bien que ne l’ayant pas personnellement connu, son oeuvre principale, le Messager, a impacté ma vie et celle de bien d’autres. Il demeure un pionnier, un exemple du franc-parler et de la défense de la liberté d’expression, plus loin des droits de l’homme au Cameroun. Surtout que son décès (accident de voiture) survient lors d’un séjour au pays de l’oncle Sam, où il devait participer à une rencontre de la diaspora camerounaise dans l’objectif de l’alternance politique au Cameroun; les élections présidentielles devant se dérouler l’an prochain…et suite à un changement de Constitution survenue il y a presqu’un an aujourd’hui. Comme quoi, le départ de l’homme fort pour l’au-délà arrive au plus mauvais des moments. Mais puisque le Cameroun est un pays béni de Dieu – quoiqu’on en dise – le Seigneur a permis que cet illustre patriote puisse Lui confier sa vie.

Assurément, le Dieu des nations a prévu quelque chose, car Ses actions sont toujours bien placées, Sa Parole ne retourne pas à Lui sans avoir eu son effet. Pour le peuple camerounais en deuil et en particulier pour la frange chrétienne, ca devrait être une très grande consolation. Assurément, le Seigneur a prévu le changement, l’alternance, une justice plus visible et effective: ce dont rêvait en réalité Pius Njawe. Lui s’en est allé, mais son combat est resté. Ses oeuvres parlent encore pour lui et le Seigneur assurera à coup sûr la rélève, une armée inspirée des faits d’armes du « Messager » parti, qui achèvera ce qu’il aura commencé.

Que le peuple ne se trouble point, car le Dieu des nations veille au grain.

Afin que le Cameroun soit sauvé!

La confirmation dans cet interview que Pius Njawe était bel et bien chrétien né de nouveau!

Cameroun: PIUS NJAWE, journaliste camerounais Pius Njawé, voilà un nom qui rime avec la lutte pour la liberté de la presse au Cameroun. Depuis de longues années, ce journaliste lutte bec et ongles pour conquérir chaque centimètre carré de liberté. Souvent au péril de sa propre vie. A son compteur, 126 arrestations, 3 condamnations et plusieurs tentatives d’assassinat. Nous avons rencontré Pius Njawé à Douala, au siège de sa société (Free Media Group, éditrice du quotidien Le Messager). Entre … Read More

via IMAGAZINE

Publicités

5 réflexions sur “PIUS NJAWE: mon regard sur l’homme

  1. Emmi dit :

    shalom Sheliel,
    je salue ton immense talent. Jusqu’ici j’avais encore ignoré ton doigté dans le domaine du journalisme;gloire à Dieu qui a mis en toi de tels dépôts. Ca doit être un temps fou, réaliser un article comme celui sur la « loveparade » n’est ce pas?
    Que Le Seigneur fructifie ce blog.

    Prov. 16:20a « Celui qui réfléchit sur les choses trouve le bonheur,… »

  2. rodolphe dit :

    merci gars. il a aidé à donner un esprit ouvert aux camerounais, et à contraindre quelque peu le gouvernement à faire mieux son travail.
    ca fait du bien de savoir qu’il avait donné sa vie à Dieu.

  3. Rudi dit :

    Salut Sheliel

    merci pour ton article. Je vois aussi les bonnes aptitudes aux journalisme chez toi.
    Ceci m’est venu à coeur en lisant ton article: »Le juste périt, et nul n’y prend garde ; Les gens de bien sont enlevés, et nul ne fait attention Que c’est par suite de la malice que le juste est enlevé.
    Il entrera dans la paix, Il reposera sur sa couche, Celui qui aura suivi le droit chemin. » Esaie 57.1-2

    • sheliel dit :

      Très beau verset, Rudi. Merci. En effet, c’est étonnant de constater comment plusieurs sont désinteressés par la chose politique surtout dans nos milieux. Peut-être dû à une certaine désinformation ou le desintérêt. Et c’est comme ca, le héros est enterré avec moins d’honneur que le méchant. Quoiqu’il en soit, ceux qui recherchent la justice et la paix d’un coeur pur seront bénis par le Seigneur. Mt 5.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s